21 septembre 2020
information et actualités en ligne

L’impact du numérique sur les médias de l’information

L’arrivée d’internet et des appareils de nouvelles technologies a beaucoup changé le mode d’information. Si avant il fallait faire la queue devant le kiosque de journaux ou bien attendre les heures des journaux audiovisuels, actuellement on peut avoir accès à de nombreuses informations partout et à tout moment. Ainsi, le numérique a fait évoluer les médias et surtout la manière de communiquer les informations. Mais le changement ne va pas toujours dans le bon sens.

Comment les médias traditionnels s’adaptent au numérique ?

Le journalisme a beaucoup évolué. Et avec la démocratisation d’internet, les médias classiques ont du vite s’approprier ces nouveaux outils d’information et de communication. Force est de constater de nos jours que certains sont devenus des as des médias de l’information sur internet.
Avant, le traitement de l’information, aussi exclusive soit-elle, demandait un certain moment avant la publication. Il fallait vérifier les sources, faire un recoupement pour la véracité de l’information, choisir le support adapté et diffuser. Actuellement, tout cela prend largement moins de temps. Si l’on ne parle que du travail de recoupement, il est maintenant plus facile de regrouper plusieurs sources en quelques clics seulement. Quant à la véracité, peu de média s’en soucie. Cette vérification se fait encore moins pour profiter de la viralité des réseaux sociaux. Et avec ces plateformes, ce ne sont plus les « vrais » journalistes qui diffusent les infos. Tout ceux qui possède un smartphone avec un accès à internet peut facilement publier sur leur réseau.
La réactivité face à une information à publier est d’autant plus nécessaire lorsque l’on sait que la consultation de cette dernière se fait à tout moment et dans n’importe quel endroit. Ainsi, la consommation de l’information est devenue un acte individuel. Plus la peine d’attendre le JT à la télé ou se battre pour la télécommande pour accéder à des informations.
Avec toutes ces raisons, les médias traditionnels ont dû rapidement s’adapter. Cela a commencé par la création de site web, la présence sur les réseaux sociaux, la création d’application mobile pour pouvoir envoyer des notifications à l’utilisateur à chaque nouvelle publiée…

Le numérique au service des médias traditionnels

On pourrait penser que l’arrivée d’internet et le changement de consommation d’information va mettre les médias traditionnels aux oubliettes. Cela est sans compter sur la confiance des lecteurs envers ces médias.
En effet, des chiffres montrent que les sites web d’informations qui reçoivent le plus de visite reste ceux des médias et presses auxquels les lecteurs sont habitués. Malgré tout, la recherche d’information sur le net a aussi beaucoup changé. Selon des statistiques, les recherches d’information sur le web peuvent porter sur des questions culturelles, d’actualité sur les people ou de divertissement. Ainsi, les sites d’information qui ont le plus de visites sont ceux qui répondent au mieux aux attentes des internautes.
Mais cette digitalisation de l’information a beaucoup servi aussi les médias traditionnels. Premièrement, cela leur a permis de diffuser une information à une plus large audience. D’ailleurs, il est possible de faire une évaluation directe de l’impact de l’information. Aussi, il est désormais possible de proposer des émissions phares en replay sur le site web du média pour tous ceux qui l’ont raté. Comme dit précédemment, la création d’application mobile permet aussi d’alerter les lecteurs pour chaque nouvelle parution et publication.

Pour conclure, le métier de journaliste n’est en rien menacé par le boom du numérique. Il faut juste faire attention avec les actualités sur les réseaux sociaux. En effet, les utilisateurs de ces derniers ne sont pas uniquement des lecteurs, ce sont aussi des sources d’information. Le plus dur reste donc la sélection de l’info et sa vérification.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *