9 décembre 2021

Uruguay, les plantations qui soutiennent le pays

Petit état de l’Amérique latine, l’Uruguay base son potentiel sur les produits issus de l’agriculture. Ils servent en partie à alimenter l’industrie agroalimentaire et les exportations. Outre les productions vivrières, le pays mise sur les plantations forestières. Toutefois, la culture du chanvre et particulièrement de cannabidiol enregistre également un essor depuis quelques années. Ce dérivé du cannabis, très demandé dans le monde, a tout pour rapporter des devises massives au pays. Voici un point sur les plantations qui soutiennent l’économie de l’Uruguay.

Chanvre, cannabis et cannabidiol pour dynamiser l’économie uruguayenne

Par le biais de l’exportation, le chanvre et les produits qui en sont tirés pourraient accentuer la compétitivité de l’Uruguay sur l’échiquier sous-régional. La plantation de cannabis est une activité devenue légale depuis 8 ans. Grâce aux mesures de contrôle des autorités, seul le cannabis dépourvu de propriétés psychotiques est privilégié.

Il s’agit d’une variété présentant une composition intéressante en cannabidiol CBD, ainsi que des proportions acceptables de THC. La notoriété de ce produit au plan thérapeutique en fait une molécule très recherchée par les laboratoires internationaux et les officines. En particulier, le cannabidiol fabriqué en Uruguay est réputé pour ses vertus anti-inflammatoires.

Mieux, la riche composition du cannabis cultivé localement permet d’en extraire plusieurs composants clés. On peut citer par exemple les tisanes, les baumes, les fleurs, le haschich ou encore l’huile de CBD. De nombreuses marques de référence dans l’hexagone, à l’instar du cbd francese ravitaillent notamment sur le marché uruguayen. Par ailleurs, tout le cycle de production a été planifié et optimisé conformément aux normes internationales. La filière a donc tout pour booster l’économie de ce pays sud-américain.

Les filières riz et soja en Uruguay

Les Uruguayens ont développé une longue expertise dans la production de semences de riz à fort potentiel et sa culture à grande échelle. Ils trônent d’ailleurs parmi les meilleures nations productrices de cette denrée. Sur les cinq dernières années, le volume moyen annuel récolté avoisine 1 million et demi de tonnes. Le riz a fait du pays un état exportateur qui s’appuie sur cette filière pour financer son budget.

Le soja vient se greffer aux cultures pourvoyeuses de devises à l’économie uruguayenne. Grâce à une bonne politique interétats, les producteurs ont bénéficié d’un transfert de savoir-faire et d’équipements. Les résultats obtenus sont considérables. En effet, 2 millions d’hectares de plantation sont dédiés à la légumineuse pour un rendement moyen annuel de 1 million et demi de tonnes.

Autres plantations composant le pôle agricole uruguayen

Le pays est un spécialiste mondial des plantations forestières. Pour preuve, des millions de mètres cubes de bois partent alimenter les industries mondiales chaque année. Il s’agit d’un grand levier d’emplois qui nourrit des milliers de familles.

Les céréales sont également des plantations très en vogue dans ce merveilleux pays d’Amérique latine. Dans les champs uruguayens, il est possible de trouver entre autres le blé, le maïs, le sorgho. Par ailleurs, de nombreuses entreprises agroalimentaires gèrent de grandes plantations de fruits aux grandes dames de l’économie du pays. Les plantations de raisins, d’oranges et de canne à sucre sont entre autres les variétés plébiscitées dans le secteur. Tout ceci rapporte en continu des recettes fiscales au trésor public uruguayen.

 

Laisser un commentaire